Affaire Prism : un parfum de guerre froide 2.0

Jusqu’à présent, il n’y avait que dans les James Bond que l’on pouvait suivre les faits et gestes des espions en direct. Autrefois, on apprenait les défections des années plus tard lorsqu’un rapport confidentiel était déclassifié. Les exfiltrations n’étaient révélées que dans des ouvrages paraissant longtemps après les faits. Mais voilà que l’affaire Edward Snowden inflige au monde de l’ombre la même accélération que les technologies de l’information ont imposées au reste de la planète depuis deux décennies.

See on www.mediapart.fr

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: